Ségou : Forum régional sur la contribution des chefs religieux.

Ce jour Jeudi 28 Septembre 2017, la ville de Ségou ressemble fort bien à une ville assiégée. Partout, les forces de sécurité, les militaires arpentent toutes les rues qui mènent au Tientiguiba Danté. Que de détours empruntés par les usagers de la route surtout qu’avec l’achèvement des travaux de l’échangeur, chacun doit faire son chemin. Toute cette mobilisation de nos hommes en tenue est motivée par l’arrivée dans la ville des balanzans du Premier Ministre Abdoulaye Idrissa Maiga pour l’ouverture des travaux du forum régional sur la contribution des chefs religieux et des notabilités traditionnelles au retour de la paix et de la quiétude dans le delta central et la boucle du Niger. A cette occasion le Premier Ministre était accompagné par le Président de l’Assemblée Nationale Issiaka Sidibé, les élus de la région et sept ministres de son gouvernement. Ce forum qui est une initiative de la mission des bons offices résidée par le Président du haut conseil islamique du Mali l’Imam Mahamoud Dicko, couronné par sa médiation dans la capitale de l’Adrar des Iforas. Dans la salle Tientiguiba Danté, Monsieur Abdoulaye Idrissa Maiga prône la paix pour tout le Mali, la réconciliation à tous les niveaux pour que le Mali, ce beau pays sorte de l’ornière. Il a adressé ses vifs remerciements à l’endroit de l’Imam Dicko qui depuis un certain temps ne ménage aucun effort pour le retour de la paix et de la quiétude au Mali. Pour le Président du haut conseil islamique, point n’est besoin pour lui de s’immiscer dans la politique. En organisant le dit forum, son souci, son seul souci et l’objectif visé, c’est la cohésion nationale. Chaque malien, tous les maliens doivent comprendre qu’ils sont frères et sœurs et qu’ils ont intérêt à œuvrer pour restaurer cette quiétude qui nous fuit. L’imam Dicko ajoutera qu’un «  peuple divisé ne peut sortir d’une crise avec cette diversion des forces ». Monsieur Mahamoud Dicko n’a pas manqué de fustiger selon lui l’ambigüité  de la France dans le règlement de la crise malienne. En rappel le premier ministre avait exhorté les autorités religieuses et notabilités traditionnelles en leur demandant de veiller sur l’éducation des enfants, des élèves coraniques et sur celle de nos frères en Islam pour transcender l’ignorance et cultiver la paix parce que cela s’avère un devoir sacré.

Seul point d’ombre à ce forum, la déclaration du Président du haut conseil régional de     Ségou, l’imam Haidara « l’Islam est une religion qui n’accepte pas qu’on verse le sang de son coreligionnaire ». Comprendra bien qui voudra Comprendre.

Source: Ségou Tuyè

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*